?

Log in

No account? Create an account

"You know you make me wanna SHOUT !"

Travailler dans la restauration rapide n’est jamais facile, encore moins dans un restaurant de quartier où les clients se croient tout permis sous prétexte que, depuis qu’ils ont l’âge d’engloutir autre chose que du lait, ils nous font chier H24.

Comme d’habitudeuhCollapse )
Pleurer sur du Brel, c’est pas ce que j’aime faire le plus au monde.
Surtout quand c’est sur cette saleté –mais néanmoins magnifique- « Ne me quitte pas ».
Et encore moins quand tout va tellement bien dans mon couple que je me demande si je ne suis pas à l’hôpital, dans un putain de coma, et que je ne serai pas en train de tout inventer.

Une valse à trois tempsCollapse )

Une valse à quatre tempsCollapse )

Une valse à vingt ansCollapse )

Une valse à cent ansCollapse )

"Words come easy"... ou pas (?)

Ma vie a tellement changée depuis mon dernier post !
J’ai traversé les contes les plus divers de mon recueil made in Perrault, rencontré de sacrés Big Bad Wolves, changé de boulot (de serveuse automate à serveuse automate, il n’y a qu’un pas), vu Mrs Darling se transformer en étoile filante qui veille sur moi de tout là-haut, et sauté sur ZE Charming que j’attendais depuis ma tendre enfance…

Il était encore une foisCollapse )

Aimant, vous dites...?

Petite devinette…

Vous arrivez à y croire, vous… ?

A croire en l’ironie de la vie, en ce genre de moments où vous vous sentez déchiré entre pleurs et éclats de rire ridiculement aigus…

J’aime être aimée.

 

J’aime que l’on cherche mes conseils.

 

J’aime que l’on soit dépendant de moi.

 

J’aime me savoir indispensable pour certains.

 

 

J’aime à penser que pour certaines personnes, je ne suis rien d’autre qu’une drogue dont on se désintoxiquerait difficilement.

 

J’aime aussi, dans un esprit de contradiction et de pure perversité, oui, j’aime aussi que l’on me déteste.

Parce que cela veut dire que j’existe.

 

Je ne suis rien d’autre qu’une trainée des sentiments qui ne « désire rien d’autre que se savoir désirée », autant en amitié qu’en amour.

 

D’autres me traiteront des pires noms, moi je dirais juste que je suis qui je suis…

 

Aimez-moi, on disait…

Tout est caché…

Chante avec moi, et la vérité t’apparaitra.

 

 

*I'm the Girl That He Likes Most*

Dis, quand je serai grande, moi je serai vétérinaire, pour sauver des animaux.

Ou alors, je serai gendarmette, comme à la télé ; elles sont belles les gendarmettes de la télé, hein, Maman ?

Ca y est.

On y est.

Le jour La soirée tant attendue est enfin arrivée.

C’est difficile de vraiment expliquer ce que je ressens.

Disons que, pour faire le plus simple possible, on pourrait résumer par un

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! »

très aigu, et très désagréable à entendre, surtout pour les animaux sensibles aux ultrasons.

Tags:

Les Chroniques d'une Quickeuse

« Attends, j’ai une devinette ! »

« Vas-y… »

« Quel est le comble pour une végétarienne aguerrie ? »

« D’être Grillwoman, super-héroïne des burgers de l’après-midi ! »